Les migrants du foyer David d’Angers refusent leur expulsion

La Cour d’appel a tranché jeudi. Les migrants du foyer David d’Angers, dans le XIXe arrondissement de Paris, doivent quitter les lieux. Trois des occupants du foyer, malades, bénéficient de deux mois de délai. L’Aftam, l’association gestionnaire du foyer, souhaite le remplacer par une résidence sociale et conteste le droit au relogement des cent vingt derniers occupants.

A l’entrée du 15 de la rue David d’Angers une banderole détrempée réclame le relogement de tous les habitants du foyer, créé en 1968. Dans la cour, des chaises défoncées et des tapis de prière enroulés. L’intérieur, délabré, fait penser à un squat plutôt qu’à un foyer de migrants.

Les cent vingt occupants du foyer, principalement Sénégalais et Maliens, doivent être expulsés. Pour l’AFTAM, tous les locataires officiels ont déjà été relogés et ceux qui restent n’ont rien à y faire. Le porte-parole du foyer Camara Cheikh Tidiane ne compte pas déménager.

Le problème viendrait des suroccupants, c’est-à-dire des connaissances de locataires repartis en Afrique pour quelques mois ou quelques années. Monsieur Tidiane défend le droit à cette hospitalité africaine et pointe du doigt les discriminations.

Au bout d’un long couloir sale et froid, quelques personnes mangent et cuisinent dans une grande cantine. La plupart des occupants sont partis travailler. Sokouyata dit être ouvrier, malien, sans-papier et malade, et ne sait pas où lui et les autres iront en cas d’expulsion.

Les migrants ne comptent pas abandonner. « Nous allons rester au foyer en attendant la trêve hivernale. Nous allons faire l’hiver ici« , lance Camara Cheikh Tidiane, déterminé.

Fabien Offner

Publicités

5 réponses à “Les migrants du foyer David d’Angers refusent leur expulsion

  1. Pingback: Twitted by Minoritaires

  2. Pingback: uberVU - social comments

  3. Pingback: David d’Angers : les migrants expulsés « Minoritaires

  4. Je viens de découvrir ce blog via le tag. Je me sens concernée par la situation de ces personnes abandonnées par les pouvoirs publics, en effet ma fenêtre donne sur le foyer et j’ai pu voir l’expulsion du 27 octobre. A présent quelques uns résistent et restent sur place dans la rue, dans la plus grande précarité bien sûr, malgré des tentes (refusées la veille par les autorités) pour les protéger du froid des nuits. J’ai pris des photos.

    • Je donne le lien de mon blog qui n’est qu’un blog pour mes photos afin que l’on constate par des photos la situation bien pénible pour ces personnes très dignes par ailleurs. Il est insupportable qu’une telle situation existe dans un pays comme la France et que l’on ignore totalement le drame des minorités comme des sans abris en général et des mal logés.

      http://cancioneiro.wordpress.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s