Stéphane, uniquement bisexuel

A 24 ans, Stéphane paraît bien dans sa peau. Cette apparente aisance, il l’a acquise petit à petit. Pas évident de se construire une identité lorsqu’on est « bi », donc incompatible avec les cases « homo » ou « hétéro ». Pour beaucoup, les bis n’existent pas. Stéphane nous prouve le contraire

Assis nonchalamment à une table de bistrot, Stéphane sirote un thé. Pull noir, cheveux courts, pas efféminé pour un sou, le jeune homme, étudiant à l’ESSEC, dézingue les clichés.

Lire la suite

Publicités

Mohamed, 19 ans, expulsé

Ce jeune Marocain sans-papiers a été « reconduit à la frontière » sans avoir pu aller au bout de sa scolarité. Son comité de soutien dénonce une mesure injuste et demande à ce qu’on le laisse finir ses études en France.


« On n’expulse pas les élèves, Mohamed est une exception ». Richard Moyon, porte-parole de Réseau éducation sans frontières (RESF) ne comprend pas. Lire la suite

Le froid souvent préféré aux centres d’hébergement

La nuit, des associations comme le Samu Social, les Restos du Coeur ou la Protection Civile quadrillent Paris. Leur but, convaincre les sans-abris d’aller dormir au chaud dans des centres d’hébergement. Pas facile au vu la mauvaise réputation de ces centres. Le manque d’intimité ou les vols font que la plupart des SDF choisissent le froid. J’ai suivi Susanna, Julie et Frédéric, bénévoles à la Protection civile, en maraude dans le XIe arrondissement de Paris.

Lire la suite

Le DAL et Jeudi-Noir à la porte de l’Elysée

Des responsables des collectifs de défense des mal logés ont réclamé la réquisition de logements vacants mardi 22 décembre face à l’Élysée.

Avec entre les mains une liste de 20 immeubles vides à Paris, ils ont voulu interpeler le chef de l’État, pour faire appliquer la loi de réquisition. En vain, le DAL, Jeudi-Noir et le Collectif pour l’Avenir des Foyers sont restés de l’autre côté du cordon policier.

Lire la suite

L’immigration invitée d’honneur du débat sur l’identité nationale

Le 17 décembre dernier, la préfecture de Melun a été le théâtre d’un de ces fameux débats, où chacun voit l’identité française à sa porte. Avec dans le rôle de M. Loyal, le préfet Michel Guillot. Avec la voix du savoir, caution républicaine, « l’historienne », dont le nom n’a pas une fois été cité par le préfet. Près de trois heures où être français s’est surtout défini par opposition à être musulman.

Qu’est-ce qu’être français ? Il faut croire que la question ne se pose pas, puisque, à part des clichés de comptoir du genre « les Français sont râleurs », presque tout le débat portait sur l’immigration. Lire la suite

Un repas chaud par -5 degrés

Parmi les premières victimes du froid, ceux qui dorment dehors. Tous les lundis et mardis, les bénévoles de l’association « Lumière dans la rue » servent des plats chauds aux SDF.

Le thermomètre affiche -5 degrés. Des sans-abris traînent leur cabas jusqu’au fond du terminal de bus de la gare du Nord, à Paris. C’est le lieu de rendez-vous pour le repas de « Lumière dans la rue ».

Lire la suite

Flashs d’exils : regards croisés de réfugiés politiques

Migrant d’origine serbe, le photographe Arsa présente son exposition « Flashs d’exils » au bar « Lou Pascalou », dans le quartier de Ménilmontant à Paris. Il a photographié près de deux cents réfugiés politiques de toutes nationalités, hébergés par la Cimade au foyer de Massy. Il nous livre ici un échantillon d’une quinzaine de photographies. Point commun de tous ces clichés : le regard expressif des migrants, un regard qui en dit long sur leur histoire.

Lire la suite